Du Port de la Lune à Moon Harbour …

056 (2)
Le Port de la Lune – Détail de la boîte du whisky Moon Harbour

Le premier article d’un blog évoquant Bordeaux pouvait difficilement commencer autrement qu’en parlant de liquides. Au départ, j’avais naturellement pensé à un vin que j’avais beaucoup aimé lorsque je l’ai goûté. Mais j’apprécie aussi le whisky. Donc le vin attendra.


Il y a quelques années, j’ai dégusté mes premiers whiskies français, bretons pour être précis. Je les avais beaucoup aimés. Aujourd’hui, c’est donc par un whisky que je commence ce blog. Et pas n’importe lequel puisque c’est le premier whisky de Bordeaux : Pier 1 de chez Moon Harbour. Moon Harbour c’est le Port de la Lune. Le port de Bordeaux a été ainsi nommé car la Garonne dessine un large croissant de lune en traversant Bordeaux.

Pour être exact, il ne s’agit pas réellement d’un whisky 100% bordelais puisque c’est un blended whisky  écossais. En fait, c’est la première étape d’un projet : Moon Harbour doit par la suite ouvrir sa propre distillerie à Bordeaux, équipée d’alambics fabriqués localement et utilisant de l’orge cultivée dans la région Aquitaine. Affaire à suivre donc.

Le Pier 1 a donc été imaginé à Bordeaux et est né en Ecosse. Pour ce projet, l’équipe de Moon Harbour a été accompagnée par John McDougall une des plus grandes références en la matière. Ce n’est pas pour autant un whisky 100% écossais : il est fini en France, près de Bordeaux, dans des fûts de Sauternes.

J’apprécie l’utilisation des fûts de Sauternes pour le vieillissement des whiskies. Ces barriques apportent une certaine douceur accompagnée de parfums d’agrumes frais .

Maintenant, place à la dégustation !

DSCF4993 (3)

De la bouteille au verre :

De la bouteille au verre
De la bouteille au verre

Au nez, les premières notes détectées rappellent la typicité du fût de Sauternes : la fraîcheur des agrumes, le sucre. J’y retrouve aussi vanille,  un peu de fruits secs (amande), malt. L’ensemble est définitivement très agréable !

La bouche est tout aussi plaisante : les saveurs repérées au nez sont toujours bien présentes. Mais d’autres font leur apparition : épices (réglisse), une pointe de fumée, fruits exotiques.

A l’arrivée, ce blend est une excellente option pour la belle saison qui arrive et les apéritifs au jardin. Et aujourd’hui, il fait beau ! Je l’ai donc associé avec des petits toasts pain d’épice/foie gras (l’association whisky en fût de Sauternes et foie gras marche généralement bien) et des mini club-sandwiches pain d’épice/chorizo doux/fromage de chèvre frais.

065-2

 

Sláinte et bon appétit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *